David Martin, directeur général de l’abbaye de Fontevraud

Avec le projet des « boZZons », nous avions besoin de combiner à la fois un système narratif, une forte dimension ludique et une expertise technique pour proposer une expérience de découverte de l’Abbaye Royale qui soit véritablement stimulante pour le jeune public tout en étant un support efficace d’apprentissage de l’histoire et de l’architecture. Cent Millions de Pixels a su non seulement répondre à ces objectifs mais également apporter son expérience et sa créativité pour faire des boZZOns un succès qui ne se dément pas, plus de 3 ans après son lancement.

Bruno Dufaÿ, chef du service archéologique du conseil départemental d’Indre-et-loire

Ce fut un plaisir de travailler avec Martial Brard de Cent Millions de Pixels : une écoute attentive, un rapport humain authentique, un sens artistique qui sait traduire les exigences des scientifiques. Et il ne remplit pas ses missions a minima, mais est toujours partant pour le petit « plus » qui survient au cours de la discussion et de l’élaboration du modèle 3D. Bref, un véritable échange et non une simple prestation. Le résultat de ces échanges a produit des restitutions attractives qui sont un point fort des nouvelles muséographies des monuments du Conseil départemental d’Indre-et-Loire. C’est ainsi que nous avons eu le plaisir de présenter ensemble un poster en 2014 à l’université de Nantes, pour expliquer tout l’intérêt d’une collaboration étroite entre les archéologues et les infographistes, chacun enrichissant le regard de l’autre.

Marc Metay, directeur adjoint du Château royal d’Amboise

Avec le nouveau parcours iPad « Au Service du Roy. Amboise 1518 », Cent Millions de Pixels a parfaitement cerné notre intention d’immerger le visiteur dans l’Histoire. L’écoute de nos besoins par Cent Millions de Pixels a été un élément clé du succès de ce projet élaboré, sur mesure, à 4 mains. La préconisation d’animations en 3D et en Motion capture s’est révélée totalement pertinente pour réincarner les événements de l’année 1518, en adoptant tous les codes des jeux vidéo héroïque-fantaisie, en distillant une foule d’informations au gré des cinématiques, des jeux et des bases documentaires … Les adolescents que l’on disait à tort rétifs à l’Histoire, adorent !